Québec, Québec, le 29 avril 2021 — Ressources Robex Inc. (« Robex », « le Groupe » ou « la Société ») (TSXV : RBX/FRA : RB4) est heureuse de publier ses résultats financiers pour l’exercice terminé le 31 décembre 2020 et ses résultats de production pour le premier trimestre de 2021.

Tous les montants sont présentés en dollars canadiens (CAD).

Faits saillants pour l’année 2020

  • AUGMENTATION DES REVENUS DE 22 %

Ventes d’or de 120,8 millions $ comparativement à 99,2 millions $ en 2019.

  • AUGMENTATION DU RÉSULTAT OPÉRATIONNEL DE 126 %

Résultat opérationnel de 48,5 millions $ comparativement à 21,4 millions $ en 2019, incluant respectivement 20,9 millions $ et 31,6 millions $ d’amortissement des immobilisations.

  • AUGMENTATION DES FLUX DE TRÉSORERIE LIÉS AUX ACTIVITÉS D’EXPLOITATION[i] DE 28 %

Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation[i] de 65,1 millions $ ou 0,111 $ par action[ii] comparativement à 51 millions $ ou 0,088 $ par action[ii] en 2019.

  • REMBOURSEMENT DE LA DETTE À LONG TERME DE 6,8 MILLIONS $

La dette à long de la Société est passé de 13,3 millions $ au 31 décembre 2019 à 6,5 millions $ au 31 décembre 2020.

  • VERSEMENT DE 2 DIVIDENDES EXTRAORDINAIRES TOTALISANT 0,06 $ PAR ACTION

Versement d’un premier dividende de 0,02 $ par action le 7 avril 2020 et un deuxième dividende de 0,04 $ par action le 25 septembre 2020, représentant un montant total de 35,5 millions $.

  • AUGMENTATION DES CAPITAUX PROPRES DE 18,2 MILLIONS $

Valeur comptable de l’actif total détenu par les actionnaires ordinaires de 90,1 millions $ au 31 décembre 2020, incluant des bénéfices non répartis de 8,2 millions $, comparativement à 72 millions $ au 31 décembre 2019, incluant un déficit accumulé de 0,9 million $.

  • FONDS DE ROULEMENT POSITIF DE 8,8 MILLIONS $

Fonds de roulement positif de 8,8 millions $ au 31 décembre 2020 comparativement à un fonds de roulement positif de 10,3 millions $ au 31 décembre 2019.

  • INVESTISSEMENTS IMPORTANTS EN EXPLORATION D’ENVIRON 8,3 MILLIONS $

Investissements en exploration sur le permis d’exploitation de Nampala de 8 millions $ et sur les permis d’exploration de 0,3 million $ en 2020.

  • AUGMENTATION DES RESSOURCES DE 103 %

En juillet dernier, le Groupe a publié un rapport technique NI 43-101 permettant d’augmenter ses ressources indiquées de 103 % par rapport à l’estimé des ressources minérales de 2019 (ERM2019). Ce chiffre a été confirmé dans un nouveau ERM en 2021, faisant état de 788 000 onces d’or et portant la durée de vie de mine à plus de 10 ans. Ces ressources ont été ajoutées pour un coût unitaire d’environ 18 USD par once découverte.

Le Groupe a réussi à faire face aux sérieuses difficultés rencontrées en 2020, notamment la pandémie de la COVID-19 et la saison des pluies plus longue et extrême dans la région de Sikasso, tout en atteignant une production d’or tout près de son objectif. L’usine de Nampala a continué son amélioration en procédant à l’élimination de goulots d’étranglement importants en 2020. Ces efforts ont permis d’atténuer la baisse du tonnage horaire à l’usine et des teneurs alimentées causées par l’ouverture d’une nouvelle fosse et des extensions de la fosse initiale.

Exploitation minière : Nampala, Mali

Pour plus d’informations, le rapport de gestion et les états financiers consolidés annuels audités de Robex sont disponibles sur le site Internet de la Société dans la section Investisseurs à l’adresse : robexgold.com. Ces rapports et d’autres documents produits par la Société sont également disponibles à l’adresse : sedar.com.

Résultats de production pour le premier trimestre de 2021

Pour le premier trimestre de 2021, la mine de Nampala a atteint une production d’or de 10 642 onces (331 kg) contre 14 918 onces d’or (464 kg) au premier trimestre de 2020 avec un taux de récupération de 92,8 % en hausse de 4 points. L’usine a traité un total de 472 410 tonnes, correspondant à une moyenne journalière de 5 355 tonnes, à une teneur moyenne de 0,76 g/t contre 1,10 g/t pour la même période en 2020. Cette situation résulte de l’exploitation de la surface des 4 nouvelles zones d’excavation.

L’usine procède donc à l’installation de nouveaux équipements, afin d’améliorer la production :

  • Un convoyeur mobile pour alimenter la trémie directement à partir de la sortie du « mineral sizer » ajouté au circuit de broyage en 2019 ;
  • Deux pompes pour améliorer la capacité de pompage des cyclones, qui est un goulot d’étranglement à la suite de la nouvelle ligne de rejets installée en 2020 (planifiée en août 2021) ;
  • Un concasseur à cône pour diminuer les blocages causés par le minerai grossier (démarré en avril 2021) ; et
  • Un tamis double-deck de remplacement pour améliorer la disponibilité du circuit de broyage (démarré en avril 2021).
  • La Société travaille également à une amélioration des coûts de décapage sur les prochains trimestres.

Les données de production présentées ont été validées par Antoine Berton ING, Ph. D., métallurgiste de Soutex, firme de consultants en traitement des minerais et métallurgie présente sur le site de Nampala.

Perspectives 2021 et objectifs de production

L’objectif principal de 2020, qui était de reconstituer nos ressources et réserves et donc de prolonger la durée de vie de la mine, a été atteint avec succès. Donc, en 2021, le Groupe se concentre sur de nouveaux objectifs :

  1. Préparer les nouvelles fosses définies afin d’exploiter efficacement les onces trouvées. Ceci impose un investissement majeur temporaire sur le début de 2021 au niveau de la fosse, mais donnera une souplesse de gestion.
  2. Finaliser l’optimisation de la capacité de traitement de l’usine actuelle avec l’installation de nouveaux équipements.
  3. Diminuer les coûts de production d’énergie et l’empreinte environnementale avec la mise en activité d’une centrale solaire. Vivo Energy Mali devrait débuter la construction de la centrale solaire dans les prochaines semaines et prévoit d’être en mesure de la démarrer d’ici la fin de l’année 2021.
  4. Étudier toutes les opportunités possibles de croissance organique (avec l’augmentation de la capacité de traitement de l’usine actuelle et le potentiel de développement de nos permis d’exploration) et externe (avec la possibilité d’acquérir un nouveau projet minier).

Mot du président, M. Georges Cohen :

L’année 2020 a été une année exceptionnelle pour Robex qui a été marquée par deux évènements majeurs : 1) l’augmentation de la durée de vie prévisionnelle de la mine qui est passée de 4 à plus de 10 ans et 2) le versement successif de 2 dividendes représentant 0,06 $ par action ; ce qui a eu des effets bénéfiques pour nos actionnaires.

Le chemin a été et reste long et difficile depuis le démarrage de la construction en 2013, mais nos résultats nous prouvent que nous avons raison de persévérer. La mine est désormais un acteur économique et social majeur au Mali. Malgré la crise sanitaire, nous sommes fiers d’avoir apporté notre soutien aux populations locales et d’avoir obtenu la reconnaissance du caractère sécuritaire de notre site minier en ayant reçu la certification ISO 45001, une première pour le secteur minier au Mali.

De nouveaux défis se présentent et pour les surmonter, Robex continue d’investir. Nous projetons d’augmenter la rentabilité et de continuer à tirer le maximum du gisement. Nous avons réussi à tripler les ressources depuis la mise en production et nous pensons que nos propriétés nous permettront encore de faire croître les ressources dans les années à venir. Nous avons d’ores et déjà fait réaliser des études d’expansion pour notre usine que nous souhaitons faire croître avec nos succès d’exploration tout en maintenant des coûts faibles.

Et nos regards se tournent bien entendu vers des perspectives de croissance au-delà de Nampala…

Pour plus d’informations :

Benjamin Cohen, chef de la direction

Aurélien Bonneviot, relation investisseurs et développement des affaires

a.bonneviot@robexgold.com

www.robexgold.com

Siège social : +1(581) 741-7421

 

Le présent communiqué comporte des énoncés pouvant être considérés comme des « renseignements prévisionnels » ou des « énoncés prospectifs » en termes de droit des sûretés. Ces renseignements prévisionnels sous-tendent des incertitudes et des risques, dont certains échappent au contrôle de Robex. Les réalisations et les résultats finaux peuvent différer considérablement des prévisions formulées implicitement ou explicitement. Ces écarts peuvent être attribuables à de nombreux facteurs, notamment à l’instabilité du prix des métaux sur le marché, aux conséquences de la fluctuation du taux de change et des taux d’intérêt, à une évaluation inexacte des ressources, aux risques en matière d’environnement (durcissement de la réglementation), à des situations géologiques imprévues, à des conditions d’exploitation défavorables, aux risques politiques inhérents à l’exploitation minière dans les pays en développement, à un changement de politiques gouvernementales ou de règlements (lois et politiques), à une incapacité d’obtenir les permis et les approbations nécessaires auprès des organismes gouvernementaux ou à tout autre risque lié à l’exploitation et au développement miniers. Rien ne garantit que les circonstances prévues dans ces énoncés prospectifs surviendront, voire qu’elles profiteront à Robex le cas échéant. Les renseignements prévisionnels sont fondés sur les estimations et les opinions de l’équipe de direction de Robex au moment de leur publication. Robex ne s’engage aucunement à rendre publics des mises à jour ou des changements concernant ces énoncés prospectifs à la lumière de nouveaux renseignements ou évènements, ou pour tout autre motif, sauf si les lois en matière de valeurs mobilières l’exigent. La Bourse de croissance TSX ou le fournisseur de services de réglementation (tel que défini dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assume aucune responsabilité quant à l’authenticité ou à la précision de ce communiqué.

[i] Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation excluent la variation nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement.

[ii] Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation par action, le coût comptant total, le coût de maintien tout inclus et le coût de maintien tout inclus ajusté sont des mesures financières non conformes aux IFRS pour lesquelles il n’existe pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Se reporter à la section « Mesures non conformes aux IFRS » du rapport de gestion annuel.